Comment investir dans la vigne ?

  • Posted on: 26 June 2017
  • By: refmarc
transactions de propriétés viticoles

Après la finalisation de la transaction d’une propriété viticole, devenir propriétaire d’un domaine viticole n’est pas un investissement de tout repos. De la plantation à la mise en bouteille, le travail passe par plusieurs étapes toutes importantes et indispensables les unes que les autres. Malheureusement, bien que la passion vous anime, une bonne exploitation passe avant tout par l’entretient et la prévention d’éventuelles attaques d’insectes ou aux soucis d’intempéries telles que la grêle par exemple. Quels sont les points incontournables à prendre en compte pour avoir une bonne culture et avoir de bons résultats ? 

Prendre soin de son vignoble, un atout de prospérité

Se reconvertir dans l’exploitation viticole est un investissement qui demande, de premier abord de l’argent, mais également un engagement patrimonial, physique et professionnel de la part du propriétaire. 
Bien exploiter son vignoble commence dès l’arrivée des premières feuilles. En effet, la vigne est sujette et vulnérable à d’innombrables maladies et les insectes en raffolent. Le traitement de la vigne passe par de nombreuses étapes dont la première est l’identification de ces maladies et ces parasites. On décèle jusqu’à aujourd’hui trois types de maladies qui affectent sérieusement les plants de vigne. Il y a le mildiou qui se reconnaît par sa tache jaune et verdâtre semblable à une tache d’huile. Cette maladie est la source d’apparition d’un feutrage blanchâtre au niveau de la face intérieure de la feuille. Elle est à l’origine de l’assèchement des grains de raisin. 

Puis, il y a l’oïdium qui se caractérise par des taches blanchâtres sur les feuilles. Dans le cas où les plants ont été infectés dès la floraison, les fruits tombent. En revanche, si la contamination a eu lieu tardivement, les raisins présenteront une couverture de poussière grisâtre avant d’éclater. 

Enfin, il y a le botrytis. Cette dernière est heureusement moins fréquente que les deux précédentes.  Pour reconnaître les premiers symptômes, les feuilles sont recouvertes de tâches brunâtres et blanc-gris. Ses conséquences ? Avant floraison, les fruits se dessèchent. Si après floraison, les raisins pourrissent. 
D’autres parasites comme l’érinose et les vers de grappes peuvent être des fléaux pour la culture de vigne. L’érinose est un parasite véhiculé par les acariens qui viennent se loger sur la face intérieure des feuilles. 

Comment remédier aux parasites ? 

Comme toutes maladies, il existe des moyens préventifs pour protéger les plants. Contre le mildiou, il est conseillé de pulvériser 15 grammes par litre d’une bouillie de bordelaise. La procédure se fait dès le début de bourgeonnement jusqu’à la période dite « véraison » durant laquelle les raisins noirs virent au rouge. La pulvérisation doit avoir lieu tous les mois, voir davantage et généralement après la pluie si le climat est humide. Si les plants sont déjà atteints, il faut enlever les parties infectées et le brûler. 
Pour lutter contre l’oïdium, il fréquent d’utiliser une solution de souffre mouillable. Soit, l’équivalent de 8 grammes par litre d’eau. L’action s’effectue avant la floraison, c’est-à-dire au début du printemps jusqu’à l’apparition des boutures et ensuite jusqu’au commencement de la véraison.

Articles Similaires: